Pulmonaire/Thoracique

Symptômes
 
L'atteinte pulmonaire est aussi appelée atteinte thoracique car elle peut toucher les poumons et/ou la surface de la plèvre.
 
Les symptômes les plus souvent recensés sont les suivants :
- Douleurs à l’inspiration et à l’expiration durant les règles ;
- Le souffle court, l’impression d’être essoufflée au moindre effort ;
- Toux persistantes, pouvant engendrer la présence de sang dans votre bouche.
 
Cette atteinte peut également engendrer des pneumothorax dû à l’échappement de l’air du ou des poumons vers la cavité pleurale.
 
L’explication de ce pneumothorax est simple. Comme dans les autres atteintes, l’endométriose crée des lésions.
 
Ces lésions sont de petites cicatrices. Les poumons étant sollicités en permanence ils n’ont pas forcément le temps de cicatriser ce qui entraîne une brèche laissant passer l’air.
 
Diagnostique
 
Les lésions présentes dans les poumons ne pouvant pas être vues par l’intermédiaire d’une bronchoscopie ( insertion d’une fibre optique dans le nez jusqu’au poumon), la réalisation d'un scanner thoracique ou d'une IRM est nécessaire afin de confirmer leur présence et de les localiser avec précision.
 
Pour être concluant, ces examens devront être réalisés à mi-cycle et également pendant les règles, afin de pouvoir confirmer qu’il y a bien un rapport entre les douleurs thoracique et les règles.
 
En effet, si les douleurs sont dues aux cycles menstruels, les lésions d’endométriose seront encore plus visible durant les règles. Cela confirmera bien le diagnostique d’une endométriose thoracique.
 
Traitement
 
Le traitement médical est en général le premier choix, la chirurgie sera proposée uniquement si celui-ci ne fonctionne pas.
 
Le choix de ce traitement médical est comparable à celui que l'on propose pour les autres localisations de l'endométriose à savoir les analogues de la Gn-RH.
 
Ce sont les traitements par injection de type Décapeptyl, Gonapeptyl ou Enantone qui créent une ménopause médicamenteuse de 28 jours à 3 mois.
 
Afin de limiter les désagréments dus à ce traitement, il pourra être associé à une « add-back therapy », cela consiste en l’administration d’une faible dose d’œstroprogestatifs.
 
Pour faciliter le traitement et éviter les oublis, les spécialistes privilégient aujourd’hui la pose d’un implant sous-cutané.
 
Si les traitements médicamenteux ne fonctionnent pas, une chirurgie sera alors proposée.
 
Les différents actes chirurgicaux de l'endométriose pulmonaire sont :
• la thoracotomie (petites incisions sous le bras qui permet le passage d’instruments entre les côtes)
• la thoracoscopie avec utilisation d’un laser (même principe que la cœlioscopie)
 
Conclusion
 
La place respective du traitement médicamenteux et du traitement chirurgical dans l'endométriose pulmonaire est difficile à préciser étant donné l'absence de données comparatives.
 
Dans un premier temps, lorsque le diagnostique d'endométriose thoracique est posé, on peut proposer un traitement visant à obtenir une ménopause médicamenteuse artificielle de longue durée.
 
Mais attention la prise de ce genre de traitement ne doit pas être supérieure à 6/9 mois maximum dans la vie d’une femme en raison des effets indésirables à court et long terme.
 
En cas d'échec, une chirurgie pourra être envisagée.
 
 
Association entre endométriose thoracique et pelvienne
 
Dans la revue de Joseph et Sahn, 61 des 110 patientes ayant présentées de l'endométriose thoracique ont bénéficié soit d'une laparoscopie ou d'une laparotomie. Dans 84 % des cas (51 patientes), de l'endométriose pelvienne a été observée. Bien qu'il existe une association entre l'endométriose thoracique et pelvienne, l'indication d'une cœlioscopie sera posée en fonction des plaintes de la patiente (douleurs pelviennes ou infertilité) (accord professionnel).

 

19 votes. Moyenne 3.47 sur 5.