Endométriose : comment les sociétés agissent-elles pour la santé ?

Endométriose : comment les sociétés agissent-elles pour la santé ?

Cette maladie chronique (longtemps ignorée) touche 1 femme sur 10. Sous l’influence des pics hormonaux, l’endométriose est parfois difficile à vivre. En plus des douleurs qu’elle engendre, le psychologique en pâtit. Rappelons en quoi cette contrainte quotidienne altère la qualité de vie, quel est le rôle des professionnels de santé, mais aussi les moyens mis en place par les sociétés pour aider ces personnes touchées. Tour d’horizon de cette maladie tue et des avancées.

Avant-propos sur cette maladie chronique (encore trop) méconnue

Attention, il existe “plusieurs types d’endométriose”. Celle dite superficielle – et la plus courante – se traduit par une inflammation utérine. D’un point de vue plus complexe, elle se définit par la présence d’un tissu de muqueuse en dehors de la cavité utérine. Lors de chaque cycle menstruel, et de l’influence des hormones, le sang n’emprunte pas le bon chemin. Il arrive alors dans la cavité abdomino-pelvienne et provoque des douleurs. Notez que ces mêmes douleurs peuvent aussi survenir pendant les rapports sexuels…

Sur le plan mental, l’endométriose impact évidemment la psyché. En raison des douleurs, mais aussi du risque d’infertilité, plusieurs femmes atteintes par cette maladie sont désarçonnées. Pour l’équilibre personnel, sa propre relation au corps et dans la vie de couple : la maladie retentit. N’oublions pas que cet impact psychologique altère également tout comme la pression sociale.

Prévention et lutte contre l’endométriose : le rôle des entreprises

Prévention et lutte contre l'endométriose : le rôle des entreprises

En partenariat avec le corps médical, les entreprises peuvent aussi agir. Lorsqu’il s’agit d’avancée, il faut en parler ! Chez PoleSocietes, l’actualité des entreprises arrive donc à point nommé. En octobre dernier, une société appelée Endodiag a rejoint le mouvement dans la lutte contre l’endométriose. De façon simple et sensée, cette entité accélère la prise en charge des personnes touchées. L’intérêt est de proposer à la gent féminine de se faire dépister.

En effet, la prévention est la clé. Plus tôt le diagnostic est posé, plus vite les soins sont enclenchés ! Créée en 2011, l’entreprise Endodiag a notamment brillé suite à la mise au point d’un test capable de diagnostiquer la maladie via une simple prise de sang. Parlez-en autour de vous, et ne restez pas seule face à de telles difficultés gynécologiques.

Conseils santé pour améliorer sa qualité de vie et mieux appréhender la maladie

Comme dit plus tôt, le dépistage est primordial. Pour un parcours de soin adapté, il est essentiel d’être bien accompagné. Plusieurs professionnels de santé peuvent vous épauler et vous conseiller. Médecin traitant, gynécologue, et sage-femme sont bien sûr tout désignés. Mais, pas seulement. L’hygiène de vie doit aussi être améliorée. Rappelez-vous, on parle d’inflammation utérine.

Selon les cas d’endométriose, la nutrition et le sport jouent donc un rôle important. À travers une alimentation équilibrée, il est possible d’améliorer son état de santé. L’accompagnement d’un nutritionniste est donc plus que plébiscité. Certains aliments aux propriétés anti-inflammatoires sont conseillés pour réduire les risques de douleurs (fruits rouges, produits laitiers, viandes maigres, etc.). Il est primordial d’aller consulter pour se faire aider.

Articles similaires

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *