Infertilité

L’infertilité toucherait 10% des femmes atteinte d’endométriose soit une femme sur dix. C’est pour cela que la plupart des femmes ayant cette maladie auront recours à la PMA (Procréation Médicalement Assisté) pour avoir un enfant.  

Que ce soit un parcours court ou long, la PMA n’est jamais un moment agréable dans la vie d’une femme. Il faut bien souvent pendant ce parcours du combattant se faire aider psychologiquement. Un psychologue est généralement mis en place dans le centre PMA afin de vous aider dans cette étape de votre vie. 

La prise en charge de la sécurité sociale dans le parcours de la PMA :

Un 100% infertilité devra être établie soit par le gynécologue soit par votre médecin traitant. Le 100% infertilité en cas d’endométriose est généralement fait systématiquement par la gynécologue après la cœlioscopie si on envisage pour vous un recours en PMA.

Avec le 100% infertilité, vous avez le droit à une prise en charge de 6 IAC et 4 FIV. Pour les FIV, les TEC (Transfert d’Embryons Congelé) ne compte pas comme une FIV alors pas de panique. Si toujours pas de grossesse au-delà de la quatrième FIV et après épuisement des embryons congelés, vous pouvez faire la demande auprès de votre caisse d’assurance maladie afin de vous faire accordez la prise en charge d’une autre FIV. Attention cette demande n’est pas toujours acceptée.  

L’IAC (Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint) est généralement la première technique envisagé selon l’état des trompes de Fallope, la qualité des spermatozoïdes de Monsieur mais aussi si la glaire cervicale ne fait pas obstacle au passage des spermatozoïdes (Test de Hüner).  

 

En page 2 vous trouverez un petit texte rédiger par une internaute, qui explique le ressenti d'une femme infertile.

Être infertile, c'est avoir le "droit" à des piqures tous les jours, des échos et des prises de sang en pagaille, dévoiler son intimité à des tonnes de médecins ...

C'est aussi avoir des cernes, mais pas parce que le petit dernier nous a réveillé en plein milieu de la nuit, non juste parce que les traitements et tout le reste nous fatigue physiquement et moralement ...

Si pour toi aussi, les noms de médocs tels que gonal-F, puregon, ménopur, ovitrelle, gonadotrophine chorionique alpha n'ont plus de secret et que tu en connais les posologies et les modes d'action par cœur ...

Si ton anatomie n'est plus un mystère et que les termes follicules, ovulation, ovocytes, déclenchement font parti de ton vocabulaire ...

Si les larmes et la crainte de rester le ventre vide ne te quittent que très rarement ...

Si à l'annonce d'une grossesse, ton cœur se serre et s'émiette, te renvoyant en pleine face le manque qui t'habite ...

Si les plaintes des mamans t'exaspèrent au plus au point, parce que toi tu ne rêves que de çà, les pipis, les cacas, les colères, les vomitos, mais aussi les câlins, l'amour de nos bout'chous, voir leurs yeux qui pétillent…

Être infertile c'est tout çà et bien plus encore ...

Ecrit par Vanessa et partagé via Facebook.

 

 

 

 

 

  • 15 votes. Moyenne 3.00 sur 5.