FIV/FIV ICSI

La fécondation in vitro (FIV), de transfert d'embryon (fivete) ou encore la fécondation in vitro intracytoplasmique de spermatozoïdes (FIV ICSI) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA). 

Image FIV ICSI par la clinique ProcreaTec

 

 

 

 

 

C’est aujourd'hui une pratique assez courante qui ne peut s'effectuer que dans des centres agréés. 

La fécondation in vitro consiste à effectuer une fécondation à l'extérieur de l'organisme de la femme. La rencontre de l'ovule (ovocyte) et du spermatozoïde se pratique en laboratoire ("en éprouvette"). Le recours à la FIV peut être envisagé, soit d'emblée, soit secondairement, après échec des autres thérapeutiques de procréation médicalement assistée, pour certains cas de stérilité conjugale comme l’endométriose pour la femme et ou problème pour l’homme. 

La fécondation in vitro est une pratique encadrée de manière stricte par la loi de bioéthique. 

L'assurance maladie prend en charge la totalité des frais jusqu'à quatre tentatives par enfant au-delà la FIV reste entièrement à votre charge à moins de demander un recours à l’assurance maladie qui statuera en commission afin de vous accordez ou non une autre tentative. 

Comment se déroule une FIV : 

La femme va recevoir un traitement hormonal (agoniste de la GnRH)  pour mettre les ovaires au repos pour une durée de 14 jours (protocole long) en cas de protocole court la femme commencera la stimulation ovarienne au 2ème jour du cycle. La confirmation de cette ménopause artificielle se fera par une prise de sang. 

A la suite de cela un traitement hormonal (FSH) sera mis en place et à prendre ou faire tout les jours. Soit par comprimé soit par injection sous cutané. Il permettra de stimuler les follicules. 

Au cours de ce traitement des échographies et des prises de sang seront fait pour suivre l’évolution de ses follicules. 

Une fois les follicules arrivés à maturation, l'ovulation est déclenchée par une autre injection d'hormone (HCG). 

La ponction réalisé 36h après le déclenchement de l'ovulation:

Sous anesthésie locale ou générale, on prélève les ovocytes mûrs à l'aide d'un petit tube et d'une aiguille que l'on introduit dans le vagin. Cette intervention peut être un peu douloureuse. Elle permet de ponctionner le liquide folliculaire qui est ensuite placé dans un tube contenant un liquide nutritif adéquat, à une température de 37°C. 

Le sperme est prélevé au moment de la ponction (ou décongelé le jour même), et les spermatozoïdes sont séparés du liquide séminal et conservés également à 37°C. 

Un délai d’abstinence sexuelle est requis (absence d’éjaculation) et est compris entre 2 et 6 jours. Les conditions de recueil et le traitement du sperme sont identiques à ceux de l’IAC. 

La fécondation : 

Quelques heures après, spermatozoïdes et ovocytes sont mis ensemble dans un liquide nutritif pendant plusieurs heures à la température du corps ; la fusion, la fécondation se produit alors.  Par micro-injection (ICSI) pratiqué en cas de problème venant des spermatozoïdes, ils sont alors directement injecté dans les ovocytes.  

L'œuf commence à se multiplier et lorsqu'il y a quatre cellules, on l'examine au microscope, et on peut le transférer dans l'utérus de la femme à l'aide d'un petit tube. Un ou plusieurs embryons peuvent être aussi conservés grâce à la congélation. 

Le transfert des embryons ou de l’embryon se fait dés l’obtention des premières divisions. Le laboratoire vous appellera pour vous prévenir de l’évolution et vous fixer le rendez-vous pour le transfert. 

La culture peut être cependant poussée jusqu'à 5 à 6 jours, où on obtient des blastocystes. Ces cultures prolongées nécessitent le recours à des milieux spéciaux. L'avantage du transfert au stade blastocyste est de permettre un contrôle du début de la croissance embryonnaire, en dépassant le stade du troisième jour de développement embryonnaire, stade critique du développement où surviennent de nombreux arrêts de mitose de l'embryon (blocage de division). Les blastocystes ont également un meilleur taux d'implantation car physiologiquement l'implantation de l'embryon dans l'utérus se fait à ce stade. 

Image par ProcreaTec d'un embryon qui a commencé la différentiation cellulaire, en développant deux types cellulaires différents et une cavité centrale pleine de liquide (blastocèle). Les cellules de la surface autour de la cavité s’appellent trophoblastes, qui plus tard seront le placenta. Les cellules de la zone centrale s’appellent masse interne et donneront lieu à la formation du fœtus.

 

 

 

Après transfert :  

Environ 12 jours sont nécessaires pour avoir l’assurance qu’une grossesse se développe. C’est en effet le temps nécessaire pour qu’apparaisse dans le sang, à concentration détectable la β-HCG, l’hormone sécrétée par l’embryon qui sert de diagnostic à la grossesse. 

 

  

  • 43 votes. Moyenne 3.44 sur 5.