Témoignage d'un homme

Ma femme, Clémence, avait 15 ans, moi 17 ANS.  Je me souviens encore de cette époque.

A la sortie du lycée, on aimait se retrouver pour discuter pendant des heures de nos projets d'avenir, de mariage, de maison, de voyage et d'enfant.

Les années passèrent et un à un nous réalisions tous nos rêves, nous croyant invincibles.

Il a 3 ans, le désir d'enfant étant présent, Clémence, les yeux pleins de joie, s'est rendue chez sa gynécologue afin de cesser sa pilule et faire un examen de contrôle après toutes ces années de prises intensives.

Dés les premiers mois, après l'arrêt de sa pilule, des douleurs ont commencé à apparaitre au niveau de l'ovaire droite.

Les douleurs devenant, au fil du temps insupportable, nous nous sommes, de nouveau, rendues chez le médecin. Celui-ci pronostiquait une banale appendicite.

Nous voila rassuré, c'est vrai ! ca ne pouvait être que cela non?.

Son appendice enlevé la chose été réglée.

Pour un examen de contrôle, un prélèvement a été  envoyé en laboratoire pour y être analysé car l'appendice ne présentait ni une forme et ni une apparence laissant penser qu'il était la cause de toutes ses douleurs.    

Le résultat tomba et entendions pour la première fois le mot "d'endométriose".

La cause des douleurs étant peut-être connue, il ne restait plus qu'à identifier la localisation et le stade de la maladie.

Il s'agissait d'une endométriose stade 4 principalement digestive.

Ma réaction au moment du verdict a été celle d'un individu ayant été condamné à tord d'un fait atroce et pour lequel il n'avait aucune influence sur l'issue.

Notre rêve d'enfant s'était envolé et la santé de ma femme n'était plus entre nos mains.

J'étais à la fois révolté, horrifié, triste et content. Content surement que la recherche sur l'origine des douleurs était enfin finie.

Nous y sommes. Dans quoi? dans notre première épreuve de couple.

Nous n'imaginions pas que deux individus s'aimant comme deux rosiers entortillés, dont les épines repoussent toutes les agressions extérieures pouvaient être attaqués de l'intérieur par une chose dont nous ne connaissions n'y l'origine n'y l'issue exact du traitement.

Deux solutions nous étaient proposées, la première, un traitement Clomid  afin de faciliter la procréation et de mettre en veille la maladie le temps de la fabrication.

Cette solution ne donnant aucun résultat, il ne restait plus qu'à passer, après une longue réflexion, sur la table d'opération, afin d'enlever ce qui pouvait l'être sans garantie que cela stoppe les douleurs avec les risques que cela engendre.

2 ans après toutes ces opérations les douleurs semblent avoir disparu ou lorsqu'elles sont présentes sont supportables et nous envisageons une FIV en fin d'année.

 

On dit que dans chaque malheur il y a un bonheur.

Cette épreuve m'a appris énormément de choses sur ce qu'est la vie, ce que l'on attend d'elle et sur ce que ma femme représente pour moi.

Il est vrai que de vivre au coté d'une personne qui souffre peut être insupportable, mais posez vous cette question:

Pourquoi, si vous aimez cette personne vous la laissez, êtes vous en danger de mort à cet instant?. Si vous êtes mariés rappelez vous de cette phrase que vous avez surement oublié "c'est pour le meilleur et le pire". Le pire est de souffrir à travers l'autre et le seul moyen d'y mettre un terme est d'affronter la tempête avec l'autre.

Souvenez vous des deux rosiers entortillés, vous servez de tuteur pour l'autre. si vous partez, l'autre rosier n'aura pratiquement aucune chance.

Alors oui, dans chaque malheur il y a un bonheur mais celui-ci n'est pas palpable, il passe par les yeux.

Maintenant quand je regarde ma femme je ne vois plus simplement sa beauté mais aussi la beauté du monde et des sentiments.

 

RUDY

 

Merci à Rudy de nous avoir fait partager son témoignage, qui est très touchant.

  • 42 votes. Moyenne 4.76 sur 5.